Le "Kuï shertpe" de Karatau

Artiste : Dombra du Kazakhstan

Nom : Le "Kuï shertpe" de Karatau

Parution : 2004

Label : Buda musique

Format : Cristal

Durée totale : 70'20

Prix : 12,50 €

Ajouter au panier

Réf. : CR00992BUDA

Partager

Le

 

 

« Un vrai Kazakh n'est pas un Kazakh, un vrai Kazakh est une dombra. » Ces paroles d'un poète kazakh tend à démontrer à quel point l'identité de ce peuple d'Asie centrale – forgée aux XVe et XVIe siècles sur l'attachement à la steppe et au mode de vie nomade, mais mise à mal au XXe siècle par le modèle de modernisation soviétique, imposant la sédentarisation – persiste à travers la musique, et notamment la pratique de la « dombra ». Ce luth à long manche fretté pourvu de deux cordes est en effet l'un des deux instruments représentatifs de la tradition musicale kazakhe, avec la vièle à deux cordes « kobyz », instrument de prédilection des chamanes « baksy » (et à laquelle deux excellents disques ont été consacrés il y a peu de temps (Kazakhstan : le kobyz, sur Inédit, et Akku, de Raushan ORAZBAEVA, chez Dunya).


On dit que la dombra est douée de parole, exprimant en musique ce qui ne peut être dit en mots, l'émotion étant chez les Kazakhs vécue surtout intérieurement. Cet idéal de retenue se perçoit autant dans les chants épiques que dans les « kuï », qui sont des pièces instrumentales relativement courtes explorant une image musicale, un état d'âme. Appel à la méditation et à la réflexion, le kuï allie intériorisation et éclat, virtuosité.


Cet album s'attache exclusivement à faire découvrir le style « shertpe » de la dombra, soit le style développé dans le centre, le sud et l'est du Kazakhstan, tandis que l'ouest privilégie le style « töpke ». Si ce dernier se reconnaît par sa frappe simultanée des doigts sur les deux cordes de la dombra, le style shertpe se caractérise par un pincement sur les cordes, et les kuï joués dans ce style peuvent intégrer des formes improvisées. De plus, l'évolution du shertpe étant liée aux techniques de chant, son timbre est plus mélodieux et ses kuï, sortes d'esquisses psychologiques ou de descriptions naturalistes, rappellent plus sûrement la voix humaine.


Sept interprètes de différentes générations, tous maîtres de la dombra dans le style shertpe, ont été conviés à enregistrer pour ce disque quelques kuï représentatifs du style et de sa revivification. La plupart de ces kuï ont été composés par SUGIR (1882-1961), dombriste de référence qui incarne l'école shertpe de la région de Karatau (Sud du Kazahstan). Les kuï de SUGIR sont effectivement perçus comme des traits d'union entre la tradition et l'innovation, et ont aussi la particularité d'emprunter certaines de leurs formes aux kuï composés à l'origine pour la vièle kobyz (dont l'un des maîtres, YKHLAS, a initié SUGIR, ceci expliquant cela...).


On remarquera aussi que l'un des musiciens enregistrés pour ce CD, Boranqul KOSHMAGHAMBETOV, est l'un des derniers compositeurs kazakhs encore vivant, et qu'il joue ici trois kuï de sa propre composition, témoignant ainsi du renouvellement de cette tradition régionale qui représente un rempart contre « l'occidentalisation » du Kazakhstan.


Les auditeurs encore novices en matière de musique traditionnelle du Kazakhstan trouveront peut-être ce CD un peu aride (un seul instrument, un seul style de jeu), les amateurs avertis se régaleront en revanche de cette plongée exhaustive dans un répertoire régional et stylistique aux vertus sublimatoires, et que le livret (comme toujours avec la collection « Musique du monde » du label Buda Musique) décortique avec beaucoup de précision. Ce disque est en tout cas un remarquable complément au livre-CD de référence Le Chant des steppes : musique et chants du Kazakhstan, paru en 2002 aux Éditions du Layeur.


Stéphane Fougère

Titres

1. Aïkennin shertpesi - Le shertpe d'Aîken 3'35

2. Aïrauyqtyn aschy kuïï - Le kuï amer d'Aïrauyq 2'36

3. Bes zhorgha - Les cinq chevaux ambleurs 2'29

4. Daraïbaï 1'59

5. Qonyr - 2légie méditative 4'28

6. Bes zhorgha - Les cinq chevaux ambleurs 2'46

7. Satybaldynyn kuïï - Le kuï de Satybaldy 2'54

8. Kertolghau - Réflexion 3'29

9. Sugirdin shertpesi - Le shertpe de Sugir 2'36

10. Zhez kiik - La saïga dorée 4'20

11. Maïda qony - Doue élégie méditative 2'44

12. Arnau - Dédicace 1'55

13. Zhurtta qalghan - Resté sur son pâturage 1'44

14. Ken zhajlau - Le vaste pâturage d'été 2'14

15. Aqqu - Le cygne 4'16

16. Naz qonyr - Qonyr intime 3'57

17. Bozingen (Sugir) 3'27

18. Karatau shertpesi - Le shertpe de Karatau 3'27

19. Kertolghau - Réflexion 2ème variante 4'02

20. Toghyz tarau - Les 9 variantes 3'45

21. Qosbasar (Sugir) 4'18

22. Saltanat 3'56

Une évocation des possibilités de l'instrument