Viu

Artiste : Coriandre

Nom : Viu

Parution : 2013

Label : Autoprod

Format : Digifile

Durée totale : 68'00

Prix : 12,50 €

Bientôt disponible

Disponibilité : Recevoir un email

Réf. : DF00777AUTO

Partager

Viu (Coriandre)

Un nouvel album de Coriandre se déguste sans modération. Quand en plus ce dernier est enregistré en concert, on applaudit avec les mains et avec les pieds.

 

C’est ce qui fait les plats épicés: le mélange des condiments. Ce Coriandre-là fait tout le boulot. Et réunit les bourrées, scottish, rondeaux, valses, mazurka et polkas à des rythmes latino voire à de l’afrobeat. à mettre de l’exotismeà une musique déjà exotique pour tous ceux qui vivent en dessus de la Loire. Coriandre, donc, en dehors d’être un assaisonnement qui vous rend les sauces plus goûteuses, est un groupe gardois qui vous rend la musique trad’ plus... goûteuse aussi, mais cette fois, au niveau des oreilles. Oh ben ouais, cet-aligot-là, il a un petit goût de piment des Andes, ue arrière-saveur acidulée de patate douce, mais c’est de l’aligot, miladiou, ça file autant que celui des plateaux, que l’authentique.

Bon, on le conçoit, nos amis des Cévennes ont une envie plus vive d’en découdre avec les injustices, d’envoyer la musique pour que dans la danse, on oublie, ou pas, ce qui se trame autour de la ronde. Mais... n’est-ce pas la voix du bon vieux Spi de la gaudriole qui invite à une bourrée trois temps ? Au milieu des binious, des clarinettes et des flûtiaux? C’est la Bourreia del Danisson, et avant, on a eu droit à de l’espérance, à de l’itinérance, à des divergences, et à des pas de valse sur «L’estaca». Comme pour finir cet album live, où Coriandre nous renvoie un Bella Ciao à la manière des autochtones languedociens.

C’est bien d’ailleurs l’accent «midi» de l’occitan que chante et/ou traduit à sa façon Coriandre, un accent déjà exotique pour qui cause patois dans le coin, de Rodez à l’Aubrac et même jusqu’à Decaze, la même langue, mais plus du sud. Et les parfums du Sud, tu les prends plein le blase en respirant ce Coriandre-là. Jusqu’en Afrique, je vous dis, bien après l’Equateur. Et du coup, de ce côté de la Méditerranée, ici-même, ça nous donne un peu plus chaud. Dans un concert de Coriandre, t’as bien sûr envie de bouléguer, mais en voyant la mer, des îles, des palmiers, des baobabs sur le plateau de l’Aubrac. Il y a même de vieilles dames, parait-il, qui ont vu de ces arbres sur le plateau. Peut-être Coriandre était-il passé par là, par son coin, et qu’en entendant des binious faire du dub, voyez-vous, ça a dû l’extirper en douceur des frasques de mister Alzheimer et lui évoquer des parfums lointains, plus lointains que ceux de l’autre côté de la mer: des parfums de la mémoire, des embruns de fête, des envies de voyage, rien qu’en ouvrant les esgourdes, rien qu’à goûter un plat aux multiples saveurs.

Chronique de Monsieur l'Ouïe

Coriandre - Musiciens

  • Alex ROUX : basse, avaquinho, choeurs
  • Denis GALVIER : flûtes, saxos, hautbois languedocien, chalémie, chant
  • Julien REGI : guitare, bouzouki, percussions, chant
  • Philippe PUYGRENIER : vielles à roue, boha, gaïta, chant
  • Vivian PERES : batterie, percussions, choeurs

Viu - Extraits sonores

Pour écouter les extraits sonores, le plugin Flash est conseillé.

Télécharger

Liens